Voyage au bout du monde

NOUVELLE CALEDONIE - Nouméa - 20 au 24 avril 2012

 
 
20 - 21 Avril
 
Journées devoirs, réservations, coiffeur pour certains, organisation des quelques jours à Nouméa en raison de notre changement de programme. Mais nous sommes très nostalgiques de l’île des Pins…
Samedi après-midi, Richard et moi sommes allés faire un circuit touristique (à pied) au centre- ville de Nouméa. Rien ne nous a particulièrement séduits si ce n’est la bibliothèque Bernheim de style colonial avec ses magnifiques escaliers en bois en colimaçon et ses beaux lustres en cristal et le monumental totem de Noumea.
 
     
 
              l
 
    
                  
 
 22 Avril
 
Nous partons pour la journée dans le Grand Sud de l’île. Le temps est maussade et même pluvieux ! Nous rentrons dans le « Parc Provincial de la Rivière Bleue » qui est un espace naturel protégé. Nous y prenons une navette après 9 kms de piste. La voiture de location blanche est devenue toute rouge ! Dans le Grand Sud, la terre est rouge. La navette nous dépose à « la forêt noyée » où des arbres au bois imputrescible sortent de l’eau. Le décor est surréaliste et fantomatique et encore plus avec cette météo. La forêt a été submergée lors de l’ouverture du barrage de Yaté il y a environ 50 ans.
 
 
 
 
Puis, la navette nous amène au Grand Kaori où nous faisons une petite boucle à pied pour voir « la rivière bleue » (qui d’ailleurs est davantage verte que bleue mais le contraste avec les abords est beau). Nous espérions voir des cagous mais sans succès une fois de plus. Cela restera définitivement un mythe pour nous !
 
         
 
     
 
 
Puis en fin de matinée, nous filons vers Yaté et arrivons au col du même nom pour avoir un panorama sur le barrage et les environs. Malgré le temps gris, la vue est belle.
 
 
 
 
     
 
 
Retour sur Nouméa avec une voiture méconnaissable qu’il faut nettoyer avant de la restituer au loueur, et ce n’est pas une mince affaire !
 
 
 
 
 
23 Avril
 
Ce matin, nous quittons l’auberge de jeunesse car nous allons passer nos 2 dernières soirées dans une famille Servas. Nous disons au-revoir à Hélène et Julien, les instits globe-trotteurs (revenus en avion à leur tour de l’île des Pins) que nous aurons grand plaisir à revoir en métropole et on leur souhaite une bonne continuation dans la suite de leur voyage.
 
 
 
Bye, bye aussi au staff de l’auberge et surtout au comique Jérôme, à la très gentille Sylvie infirmière en voyage , à Michel le prof de maths qui a donné quelques explications à Adrien, à Justine et Elodie qui ont coiffé Mathilde…
 
 
L’ambiance était vraiment sympa et conviviale. Nous avons à nouveau fait de sympathiques rencontres dans cette auberge. La formule nous plait beaucoup car c’est un lieu d’échanges et de rencontres.
L’après-midi, nous allons à la plage de la BD (c’est plus branché que de dire la Baie des Citrons) et nous nous y baignons tous les 4.
 
Puis en toute fin de journee, nous allons dans le quartier de la Rivière Salée rejoindre la famille Servas. Nous y sommes très chaleureusement accueillis par Monique, Jean-Luc et leurs 2 enfants Aurélie (15 ans) et Jérémy (13 ans). Très rapidement le courant passe entre les enfants et nous les parents.
 
 
Nous passons une très bonne soirée à nous présenter, à échanger sur nos expériences de voyage. Jean-Luc et Monique sont de la région d’Avignon et vivent en NC depuis une douzaine d’annees.
 
 
24 Avril
 
Nous retrouvons, en fin d’après-midi, Franck, Fabiola et Loïc pour les saluer avant notre départ. Encore merci Franck pour cette croisière en catamaran. Cela restera un des faits marquants de notre trip.
Nous passons notre dernière soirée en NC, chez Monique et Jean-Luc, à nouveau dans la bonne humeur. C’est étrange mais on a l’impression de se connaitre depuis un moment tant le courant est vite et bien passé. Richard a fait un far breton qui a été fort apprécié par toute la tablée. Les enfants se sont éclatés en jouant au « baccalauréat ». Monique et Jean-Luc ne connaissent pas le Pays du Mont-Blanc aussi nous espérons bien les voir lors de leur prochain séjour en métropole car notre rencontre aura été de trop courte durée.
 
 
 
 
 
 
Demain, changement de décor et de culture car nous nous envolons pour Bali.
 
Nous quittons la Nouvelle Calédonie avec un sentiment partagé : nous avons apprécié cette destination mais sans réel coup de cœur ! Un sentiment d’inachevé et de frustration aussi car nous n’avons pas pu profiter de la Grande Terre et de l’île des Pins comme nous l’aurions souhaité en raison des aléas de grève et de météo ! Dommage ! Après les destinations précédentes, on se rend compte que pour le tourisme tout est plus compliqué en NC et que les touristes ne sont pas forcément attendus car l’île est très riche avec l’exploitation de nickel. Je pense que nous avions trop idéalisé la NC et nous avons aussi vu tant de belles destinations avant !
 
Bye, bye Nouvelle Calédonie !
 
 
 
 
 
     
 
 
 
 7 mois que nous avons quitté Sallanches pour notre voyage ! Déjà !!
Que de kilomètres parcourus, en avion : 51 000 kms, en voiture ou camping-car : 15 500 kms. Ce voyage est une expérience exceptionnelle et fantastique pour nous 4 ! Et il n’est pas fini…
 
 
 
 


Publié à 16:35, le 24/04/2012, dans 13) NOUVELLE CALEDONIE,
Mots clefs :


NOUVELLE CALEDONIE - Nouméa et Ile des Pins - 17 au 19 Avril 2012

 

17 Avril
Nous consacrons la matinée aux devoirs et l’après-midi, nous nous rendons au Centre culturel Jean-Marie TJIBAOU. Ce centre est bâti sur un promontoire isolé dans la Baie de Tina à Nouméa. L’architecture du centre est très originale et se compose de 10 grandes cases aux allures modernes (alliances de bois, d’acier et de verre) alignées le long d’une allée bordée de pins colonnaires. A côté, s’étend 3 cases kanak traditionnelles, une pour chaque province. L’architecte qui a fait cette réalisation est celui qui a dessiné le centre Georges Pompidou à Paris. Le centre abrite des salles d’exposition présentant des œuvres de l’art néo-calédonien et du reste du Pacifique. Nous avons été un peu déçus par les expos mais la visite valait le détour pour l’architecture du centre et le cadre.
Demain, nous nous en allons à l’île des Pins pour 4 jours. Hélène et Julien, jeunes instituteurs globe-trotteurs, rencontrés à l’auberge partent également demain matin pour l’île et seront dans le même gîte.
18 Avril
Lever matinal 4h30 pour prendre le bateau « Betico 2 » pour l’île des Pins. La traversée dure environ 2h30 : la mer est calme dans le lagon mais une fois dans l’océan la mer est agitée et le temps est pluvieux !
     
     
Jacques nous attend pour nous conduire à son gîte « Les 3 banians ». Sa femme Rosemarie nous montre notre case : c’est une case traditionnelle très rustique et sommaire (avec beaucoup de toiles d’araignées). Nous sommes environ 10 personnes de l’auberge de Nouméa à venir loger chez l’habitant.
     
L’après-midi, nous nous baladons entre la plage de Kuto et celle de Kanuméra. C’est absolument magnifique : le sable ressemble à du talc et est très blanc, et l’eau est d’un bleu turquoise intense!! Ces plages sont bordées de pins colonnaires et de cocotiers. C’est idyllique !
     
Plage de Kuto
     
Adrien a inventé le jeu du "Coco Ball"
Kanuméra
     
Le soir, grande tablée chez Jacques et Rosemarie qui nous a préparés un délicieux bougna de poulet et une salade de papaye. L' ambiance est très conviviale. Puis partie de mikado et cartes.
 
19 Avril                             Bon anniversaire Romane
Aujourd’hui, nous partons en pirogue traditionnelle en bois avec balancier dans la Baie d’Upi. Dans cette baie, il y a des minuscules îlots calcaires, coiffés de végétation. Notre gondolier Hilarion nous explique l’histoire de son île, la construction de sa gondole. Le cadre est magique !!! Il hisse la voile triangulaire mais est très vigilant car il y a beaucoup de rafales de vent (à 25 nœuds). La traversée a duré 1h30 et nous étions 14 passagers (du gîte) toujours dans la bonne humeur !
     
                    
Aigle pêcheur
     
Puis, nous avons 45 minutes de marche dans une forêt pour accéder à la Baie d’Oro.
Encore un chef d’œuvre de la nature… Il y a une piscine naturelle : plan d’eau turquoise à l’abri des vagues et des courants, avec de magnifiques massifs coralliens. Richard et les enfants ont fait du snorkeling et se sont éclatés.
    
    
Nous avons vu des "crabes violonistes" sur la plage !
Mais l’une des filles du groupe Delphine, reçoit un texto sur son portable du Betico 2 (le bateau qui relie l’île à Nouméa) et en raison de mauvaises conditions météo durant les jours à venir, le bateau ne fera pas la liaison jusqu’à mercredi prochain… et de plus il y a un préavis de grève de l’aviation civile pour demain… Nous sommes donc bloqués sur l’île jusqu’au 25 avril mais notre vol pour Bali a lieu justement le 25 !! Aussi j’ai rappelé la société du Betico 2 en expliquant que nous avions un vol international ce jour- là et que donc nous ne pouvions attendre le retour du bateau (un autre couple Jean-Paul et Marie-Jeanne étaient dans le même cas). Quelques heures après, notre interlocutrice Esther nous rappelle en nous annonçant que sa société a affrêté un avion spécial pour nous et 4 autres passagers et que l’avion partira ce soir à 17h. La classe ! Un avion privé de 8 passagers pour nous ramener à Nouméa !
Déjeuner au Kou-Gny, qui est dans un cadre incomparable : une plage de toute beauté. Richard et moi avons savouré un menu langouste, la spécialité de ce restaurant (le cadeau de Noël de nos enfants). Nous étions sur une table en bois, à l’abri des filaos, les pieds dans le sable, et face aux eaux turquoise de la Baie D’Oro, en compagnie d’une partie du groupe du gîte : Jean-Paul et Marie-Jeanne, Alexandre et Juliette, Samuel. Très bon moment dans ce lieu enchanteur !
     
     
Puis nous quittons le gîte de Jacques et Rosemarie
A 17h, nous quittons le groupe avec grand regret, et embarquons dans notre « jet »où nous sommes confortablement installés. Adrien s’est placé derrière les pilotes et les a observés durant le vol. Le vol s’est bien passé et n’a duré que 25 minutes. Nous étions ravis que notre départ à Bali ne soit pas contrarié mais nous sommes très déçus d’avoir dû quitter l’île des Pins prématurément car avions prévu pas mal de balades dans ce cadre idyllique (il y a un côté très frustrant !) et de plus l’ambiance dans le groupe était excellente ! Finalement, l’aviation civile n’a pas fait grève…aussi nous aurions pu partir que ce week-end en avion !! Bref… ce sont les aléas du voyage !
     
                   
Aussi, nous retournons à l’auberge de jeunesse de Nouméa plus vite que prévu.


Publié à 14:36, le 22/04/2012, dans 13) NOUVELLE CALEDONIE,
Mots clefs :


NOUVELLE-CALEDONIE- La Grande Terre - 14 au 16 Avril 2012

 

14 Avril
Bon Anniversaire à Mathilde qui fête aujourd’hui ses 10 ans !! Et bonne fête à  Maxime !
Cette fois, nous quittons définitivement "Le Refuge du Cerf".
Direction Hienghène sur la côte Est (cette grève nous facilite pas les choses !) par la transversale Koné – Tiwaka ! Cette route est bien meilleure que celle d’hier et les panoramas sont superbes !
La côte Ouest est celle des calédoniens (encore appelés les caldoches ou les broussards) et la Côte Est est celle des kanaks, c’est la raison pour laquelle il n’y a que des tribus. Tout au long de la route de cette côte Est, il y a des « petits marchés » : de fruits (pamplemousses géants, mandarines, bananes, papayes, pommes cannelle), des gâteaux (les merveilles), des plantes vertes, des coquillages, des statuettes en « pierre savon » (saponite) qui représentent les visages des ancêtres en brousse.
Nous nous arrêtons à Hienghène pour admirer « la poule couveuse » (impressionnant ce réalisme) qui fait face à un sphinx (moins évident à visualiser !).
Nous ne voulions tout de même pas avoir fait toute cette route sans prendre cette fameuse barge de la Ouaième car bien évidemment elle a repris du service hier soir à 23h !! On est content d’avoir avalé tous ces kilomètres !!
Aussi nous la prenons et effectivement cela dure entre 5 et 10 minutes pour rejoindre l’autre rive. C’est une ancienne barge dont le vérin fonctionne avec une hélice qui va dans un sens ou dans l’autre selon la direction de la barge.
     
Nous atteignons donc rapidement la cascade de Tao puis celle de Colnett et le cadre est vraiment superbe !
         
Puis, il est temps de rejoindre la tribu de Tiendanite où nous sommes attendus par Charline (Liline).
           
Charline nous a installés dans un petit bungalow avec des matelas au sol car la case est en plein nettoyage de printemps !! Nous sommes dans une forêt type tropicale avec d’immenses bambous, naïoulis…et un cours d’eau tout près.
     
Au diner, Charline nous a préparés un bougnat : viande de cerf en sauce servie avec des ignames et des taros (grosses tubercules) au lait de coco. Le tout présenté dans des feuilles de bananiers. C’est très bon !
     
Et surprise pour Mathilde, un méga gâteau au chocolat recouvert de crème chantilly joliment décoré pour ses 10 ans ! Elle se souviendra de son dixième anniversaire pour le moins original !
                                              Elle est heureuse, la miss Mathilde !
15 Avril
Lever avec le bruit de la rivière, le chant des oiseaux et le chant du coq de la tribu… Petit déjeuner dans un cadre très bucolique.
Charline nous fait visiter sa case traditionnelle;
     
Puis, nous allons au centre du village et rencontrons Vianney Tjibaou, le chef du village et de la Tribu Tiendanite mais aussi frère de Jean-Marie Tjibaou. Jean-Marie Tjibaou était le leader de l’indépendance kanak dans les années 1980 (FLNKS) et assassiné en 1989 par un kanak extrémiste. Vianney nous a accompagnés près de la tombe de son frère et nous a expliqués l’histoire et les circonstances de sa mort. Il nous a également expliqués qu’il a fallu 15 ans à sa famille et à son village ainsi qu’à la famille du fidèle compagnon de JM Tjibaou : Yeiwéné Yeiwéné (assassiné en même temps), pour accorder le pardon à la famille de l’assassin Wéa. Le pardon a été accordé lors d’une cérémonie dans le village de Tiendanite. Près de la tombe du chef kanak, des sapins ont été plantés par des hommes politiques tels que M. Rocard, L. Jospin, J. Bové, F. Fillon. Puis, Vianney nous a guidés jusqu’aux tombes des 10 kanaks (de Tiendanite dont 2 frères Tjibaou) assassinés dans une embuscade en 1984 (il était lui-même dans une des fourgonnettes). Les assassins caldoches ont bénéficié d’un non -lieu après 6 mois d’emprisonnement…
        
                          L'appel pour l'office religieux du dimanche!
Cette tribu a donc un lourd et triste passé. Cette rencontre avec Vianney nous a ramenés Richard et moi, 20-25 ans en arrière et on se souvient tous les 2 de voir ces tristes actualités à la TV en métropole. Sur le chemin du retour, nous voyons les carcasses entourées de tissus colorés, des 2 fourgonnettes prises d’assaut lors de l’assassinat des 10 kanaks. C’est assez glauque et on est un peu mal à l’aise !
Nous nous souviendrons de notre passage chez Charline et la Tribu de Tiendanite.
Ce soir, nous devons regagner la côte Ouest et avons décidé de prendre une autre transversale pour voir d’autres paysages ! Et là, nous n’avons pas été déçus ! Nous pensions nous être perdus tant la route était surréaliste : elle traverse une exploitation de mine de nickel et il n’y a aucune signalisation, aucune habitation, c’est le désert complet !! Nous sommes entourés de « montagnes rouges » et la route est interminable et très sinueuse !!En fait, nous franchissons la Chaîne qui traverse la Grande Terre du Nord au Sud. Nous pensions avoir 3 h de route et il en aura fallu 5h30 !!
 
Mathilde à l'heure du pique-nique!
Après ces péripéties, nous arrivons à Farino, petit village sur une colline d’où l’on a un magnifique panorama sur la côte Ouest.
Ce soir, nous logeons au « Refuge de Farino » dans un petit et ravissant chalet en bois au sein d’une propriété sur une colline verdoyante et dans un écrin tropical.
         
Nous sommes exténués par la route !
A Farino, il y a une spécialité : le ver de Bancoule. C’est une grosse larve blanche du bois. Il se mange cru, frit, grillé, au lait de coco (sans la tête ni les mandibules). Ouf car cette expérience gustative inédite n’est possible qu’en septembre ! Il y a même un concours du plus gros mangeur de vers de Bancoule vivants ! Incroyable mais trop peu pour moi !
16 Avril
Matinée rando dans le magnifique « Parc des Grandes Fougères » à Farino avec Richard et Mathilde (Adrien est resté au refuge travailler ses cours). Rando dans une forêt où nous espérions voir des cagous, oiseaux endémiques à a NC, mais en vain ! Tout comme le cerf cela restera un mythe pour nous !
Déjeuner dans une table d’hôtes « Chez Mamie » (renommée dans la Grande Terre). Nous y avons mangé des chouchoutes (ou encore appelés des christophines), du saucisson et de la terrine de cerf, du cochon sauvage avec du manioc, des taros au lait de coco puis en dessert de l’avocat sucré avec de la glace vanille au miel et des rondelles de banane. Surprenant l’avocat au sucre mais c’est très bon ! Nous nous sommes régalés !
     
 Puis, retour sur Nouméa à l’auberge de jeunesse pour 2 nuits.



Publié à 14:18, le 21/04/2012, dans 13) NOUVELLE CALEDONIE,
Mots clefs :


NOUVELLE-CALEDONIE : La Grande Terre 11 au 13 Avril 2012

 
11 Avril
Ce matin, la luminosité sur l'Anse Vata est magnifique. Un orage se prépare!
Nous quittons Nouméa pour notre trip dans la Grande Terre. « Le Caillou » est le petit nom familier que l’on donne à la Grande Terre et parfois à l’ensemble du pays. Le beau temps n’est pas de la partie car il pleut abondamment ! Nous nous arrêtons dans le village La Foa sur la côte Ouest, fief des calédoniens (autrement appelés caldoches ou broussards)(à part Nouméa il n’y a pas de villes mais des villages), où il y a à l’entrée d’un parc 6 totems monumentaux réalisés par des artistes locaux. Dans l’enceinte de ce jardin, il y a de nombreuses sculptures au milieu des palmiers et des parterres de fleurs.
     
On s'est arrêté dans un snack avec une déco pour le moins originale mais aussi très "kitch": un plafond de casquettes!
Sur la côte Ouest, il y a le côté lagon et les hauteurs de la Chaîne (le massif montagneux qui partage la Grande Terre en 2 sur toute sa longueur). Puis nous arrivons à Bourail où nous nous mettons à la quête d’un hébergement pour le soir (No stress comme dit Richard, nous n’avons jamais dormi dehors !). Nous nous installons aux Chalets du Lagon près de la plage de Poué : petit chalet en bois avec une cuisine et douche extérieures et une grande terrasse. Le concept est sympa !
     
Nous skypons, pour la première fois, avec la famille Touzeau qui est au Mexique. Nous avons 16 h de décalage. Nous sommes émus et super ravis de les voir, de les entendre et surtout de savoir qu’ils vont bien.
 Puis, balade sur la plage de Poué à marée basse. Vent, bonne odeur de varech, bruit des vagues contre la barrière de corail : nous adorons cette ambiance !
     
Aujourd’hui, nous avons, avec grand soulagement, eu des nouvelles de James (notre chauffeur attitré) à Nadi (Fidji). Sa famille est saine et sauve mais ils ont tout perdu et n’ont pas pu encore regagner leur maison (ce qui était déjà arrivé fin janvier !). On pense très fort à eux ! Nous avons, également, eu des nouvelles d’Amanda notre amie australienne habitant Nadi, qui nous a transmis des photos de la ville sous l’eau. Nous sommes restés sans voix. Et malgré cela, Amanda nous écrit que les Fidjiens ont retrouvé le sourire ! Quelle leçon de vie…
 
12 Avril                   Joyeux Anniversaire Marine
Toujours à Bourail, balade à la Roche Percée, Le Bonhomme. Le profil de ce bonhomme change à mesure des éboulements qui le remodèlent régulièrement. Nous y rencontrons Gilles de Lille qui voyage pendant 4 mois autour du monde et qui a aussi démissionné pour faire ce trip. Pendant ce temps- là, Adrien est resté travailler ses cours au chalet.
         
Puis, nous reprenons la route direction Kaala Gomen pour le Refuge du Cerf où nous dormons ce soir. On passe près du village de Voh, célèbre pour sa mangrove en forme de cœur immortalisé par Yann Arthus Bertrand qui l’a choisie pour illustrer la couverture de « La Terre Vue du Ciel ». On ne s’est pas arrêté car désormais il faut faire un effort d’imagination pour visualiser un cœur (c’est ce qui nous a été rapporté !) et en plus le temps est couvert.
Bien souvent sur les mairies des villages, flottent le drapeau français et le drapeau kanak.
     
Nous sommes très bien accueillis au Refuge du Cerf par Chantal et Stéphane (d’Aix les Bains) installés en Nouvelle Calédonie depuis environ 20 années. Le nom de ce gîte et table d’hôtes n’est pas usurpé car on y retrouve bien l’ambiance refuge, avec de surcroît une magnifique vue : en premier plan une plaine parsemée de gaïacs (cela ressemble un peu au mimosa) et plateaux herbeux et en second plan le littoral corallien. On peut apprécier ce fabuleux panorama tout en étant dans la piscine de 18 mètres. Dans cette plaine, il y a beaucoup de cerfs (pour nous le cerf Rusa de NC restera un mythe car nous n’en avons vu aucun !). En NC, il y a un surnombre de cerfs, aussi le gouvernement encourage la chasse par des primes à la mâchoire de biches (environ 3000 CFP).
     
     
Notre bungalow familial en bois et pierres, entouré de citronniers, de nonos, de flamboyants bénéficie de cette vue superbe.
     
    
                 Un flamboyant                                      Des nonos
 
Richard, Mathilde et moi partons nous balader dans la plaine avec pour guide le labrador du refuge Cajun.
              
Ce soir, nous sommes les seuls clients car plusieurs ont annulé leur réservation en raison de la grève de la barge de la Ouaième sur la côte Est et ont donc changé leur itinéraire. Nous dinons tous les 6, après un apéro au rhum arrangé (rhum à l’ananas, à la vanille, au café… on avait l’embarras du choix) ; La conversation tourne autour des voyages, des projets, des conséquences de l’éloignement de la famille et des amis et des prochaines élections présidentielles bien sûr ! Mathilde finit par s’endormir à table ! Nous avons passé une excellente soirée !
     
13 Avril
Après un excellent et copieux petit déjeuner où nous goûtons pour la première fois et apprécions des pommes cannelle,
nous prenons congé de nos hôtes (une excellente adresse que nous ne manquerons pas de recommander) et prenons la direction de la côte Est qui est le fief des kanaks, sous le soleil
     
Nous quittons la route principale RT1 pour prendre une transversale. La route est très déformée (des nids de poule tous les mètres !) mais très pittoresque ! On voit des chevaux en liberté sur le bord de route.
On passe le col d’Amos (368 m) et on découvre un panorama à couper le souffle sur le lagon de la côte Est, la barrière de corail et le littoral. Changement de décor et d’ambiance !
Puis, la route suit le littoral avec d’un côté le lagon et de l’autre des pentes montagneuses couvertes d’une épaisse végétation tropicale. Nous nous arrêtons à la plage de Maamaat qui a prêté son cadre à la première messe catholique, le jour de Noël 1843. Il y a un autel sous un gigantesque banian aux branches ornées de tissu
     
Puis nous faisons un arrêt à Balade, un site historique et symbolique car c’est là que le premier Européen, l’explorateur James Cook a débarqué en Nouvelle Calédonie en 1774. C’est également à Balade que les Français ont pris possession de la NC en 1853. En surplomb, une belle petite église.
          
Halte également à Pouebo où nous devions dormir ce soir mais après une décision collégiale (après avoir pris les renseignements concernant le mouvement de grève), nous faisons demi- tour en raison de la grève de la barge de la Ouaième car sinon demain nous aurions 7 h de route pour faire le tour (alors que la traversée en barge dure … 5 à 10 minutes !). Pas de bol !
            
Clin d'oeil à la famille Dubois
Tout au long du trajet, les kanaks qu’ils soient sur le bord de la route ou en voiture, nous saluent d’un signe de main ! C’est un rituel chez eux !
Ce soir, nous redormons, avec grand plaisir, chez Chantal et Stéphane au Refuge du Cerf (heureusement qu'ils avaient de la place pour la famille en vadrouille!). Nous passons une agréable soirée en compagnie de deux couples de Nouméa et Chantal apporte le dessert avec des bougies pour l’anniversaire de Mathilde (que nous fêtons avec un jour d’avance) et lui offre un tee-shirt du refuge.
          


Publié à 13:59, le 20/04/2012, dans 13) NOUVELLE CALEDONIE,
Mots clefs :


NOUVELLE-CALEDONIE : NOUMEA 7 au 10 Avril 2012

 
7 au 10 avril 2012
Nous n’avions pas réalisé que c’était le week-end de Pâques et nous n’avons pas trouvé de voiture à louer donc nous restons à Nouméa. Nous nous sommes baladés en ville sur la place des Cocotiers, dans les rues commerçantes, au marché de la Moselle et franchement nous n’avons pas eu le coup de cœur. La ville nous semble fade, sans âme, il n’y a pas de belles architectures et surtout c’est sale !
              
Place des Cocotiers
                  
                                         Marché de la Moselle
Par contre, à l’auberge de jeunesse, nous avons une très belle vue sur la Baie de la Moselle et y passons un peu de temps pour les devoirs, le blog, les réservations…
Nous y avons rencontré Caroline et Julien respectivement d’Amiens et St Tropez. Mathilde a fait des tresses à Caroline, et nous sommes allés à la plage d’Anse Vata avec ces deux charmants frenchies.
     
Nous y avons également rencontré Edouard qui est producteur de vanille (26 à 27 000 gousses par an) et d’orchidées à Lifou. Il s’occupe aussi à titre bénévole du développement touristique des îles Loyauté. Il nous a gentiment donnés de la documentation sur la Grande Terre et nous a suggérés des étapes et des hébergements.
Après 2 nuits à l’auberge, nous sommes retournés à Casa Del Sole (pour 3 nuits) face à l’Anse Vata et cette fois nous étions au 15ème étage avec, à nouveau, une superbe vue.
Nous y avons passé beaucoup de temps pour la préparation du trip dans la Grande Terre et pour nos recherches concernant Bali sans oublier la chasse aux œufs de Pâques qui a eu lieu dans l’appartement !
 Lundi 9 avril : les 24 ans de notre grand ! Nous avons longuement skypé avec Maxime à cette occasion. Il est fin excité pour son week- end prochain à Manchester United.
Le mardi, Richard trouve une voiture à louer. Ouf car demain on part visiter la Grande Terre durant 5 jours !
Nous allons à la poste expédier une nouvelle série d’évaluations d’Adrien et prendre un forfait téléphone (qui ne peut s’acheter qu’à la poste OPT) et là patience, et encore patience… Il faut prendre un ticket (comme à la sécu) et on attend dans une salle d’attente comble que notre numéro s’affiche sur un panneau ! Pour le forfait téléphone, on a attendu 1 heure, rencontré 3 personnes et aucune ne tenait le même discours aussi on est reparti sans forfait avec vraiment l’impression d’avoir perdu notre temps et en sachant encore moins qu’en y entrant !!

 



Publié à 13:23, le 19/04/2012, dans 13) NOUVELLE CALEDONIE,
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

01) LES PREPARATIFS
02) LE DEPART
03) LE BETISIER
04) SINGAPOUR
05) AUSTRALIE
06) AUSTRALIE: Periple en campervan
07) AUSTRALIE 3
08) AUSTRALIE 4
09) AUSTRALIE 5
10) NOUVELLE ZELANDE
11) FIJI ISLANDS
12) VANUATU
13) NOUVELLE CALEDONIE
14) BALI
15) MALAISIE
16) JAPON
17 ) ETATS UNIS
18 ) UN AN DEJA !

Derniers articles

le Re-Bêtisier
25 septembre 2012 : il y a un an déjà...

Sites favoris


Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email